Rechercher
  • Elisabeth NGUYEN

La séance : le questionnement

« Si j'avais une heure pour résoudre un problème, je passerais cinquante-cinq minutes à définir le problème et seulement cinq minutes à trouver la solution ». A. Einstein



Et dans une séance d’hypnose ?

Une séance d’hypnose se compose de 2 parties principales : le questionnement et le protocole d’hypnose proprement dit incluant la mise en transe.

Lorsque je commence une séance, je demande systématiquement, « qu’est-ce que je peux faire pour vous aujourd’hui ? ». Je pose cette question même si la personne me l’a déjà expliqué 10 minutes au téléphone lors de la prise de rendez-vous. Pourquoi ? parce-que j’ai souvent observé qu’entre le moment, où la personne a pris rendez-vous et le moment où elle vient, il y a des choses qui bougent à l’intérieur ou dans son environnement proche. Elle peut faire des rêves, rencontrer des personnes qui ont une relation avec sa problématique, avancer elle-même sur son questionnement.


Définir le problème

Et puis je fais silence et je laisse le consultant parler. Je n’ai pas trouvé l’utilité de lui expliquer de quelle forme doit être sa réponse. Le consultant sait qu’il ne va pas bien, et c’est pour cela qu’il est là avec moi dans mon cabinet. Mais parfois il ne sait pas bien comment l’expliquer. J’entends des phrases du genre « je ne vais pas bien », « je ne sais pas ce qui m’arrive », « je voudrais aller mieux », « je suis déprimée », ou « je ne comprends pas bien ce qu’il m’arrive ».


C’est quoi un objectif ?

Toutes ces déclarations qui traduisent pour le consultant un réel mal-être ne sont pas des objectifs permettant une séance réussie. Et c’est mon rôle de faire en sorte que le consultant exprime au mieux ce pourquoi il vient. Pour cela j’ai besoin d’avoir quelque chose de tangible sur lequel travailler, quelque chose dont on pourra mesurer l’évolution, afin que l’amélioration ne soit pas liée à un état d’esprit. Si par exemple, le fait de ne pas aller bien, conduit à faire des nuits de 4 heures et à se réveiller fatigué. Je vais pourvoir mesurer les améliorations induites par les séances, en fonction du nombre d’heure de sommeil gagnées.

Il est aussi important de faire préciser tous les abus de langage utilisés par le consultant, les « il ne me comprend pas », ou les « et pourtant je fais tout pour que ça aille bien ».


Et les causes alors ?

Après les questions sur l’objectif, j’ai besoin de savoir à quel moment ce qui gêne le consultant s’est produit dans sa vie. Ce n’est parfois pas facile pour lui de donner une date à quelque chose qui est souvent si ancien, j’entends alors « depuis toujours ». Dans un cas comme celui-là, j’essaie de resserrer la période temporelle car mon objectif in fine ce n’est pas de soulager les symptômes de son mal être (même si cela est important) mais de trouver ce qui les cause, afin que le consultant puisse être entièrement libéré.

Pour conclure

Les deux parties d’une séance, questionnement et hypnose ont en général une durée équivalente, mais parfois il faut s’adapter et une partie dure plus longtemps que l’autre.

5 vues

© 2019 Hypnose Moriani - Tous droits réservés